Un psychologue à Bergerac ?

Les portes de la connaissance

S. R. ROSHAN

Nous savons tous que nous avons des sentiments. Ce que la plupart d’entre nous ne réalisent pas c’est que plus de 50% de la connaissance humaine est apprise par la capacité de notre corps de savoir, plutôt que par la capacité de notre esprit de penser. C’est une autre manière de dire que nous employons réellement environ 10% de notre potentiel savoir durant toute la vie. Comme espèce, nous avons à peine commencé à identifier la profondeur et le potentiel caché dans ce que nos corps peuvent nous enseigner, si nous sommes disposés à écouter et apprendre !

Chaque bon entraîneur sait que pour apprendre la natation ou n’importe quel autre sport, le chant, la danse, ou la menuiserie ; la participation du corps et ses sensations sont nécessaires pour le faire correctement. Ils doivent, en plus de l’information extérieure, entamer directement le processus d’apprendre à l’intérieur de leurs propres corps. Chaque génération transmet, par la connaissance du corps aux descendants, des traditions différentes de l’information communiquée par les concepts et les idées que nos esprits peuvent saisir.

Le corps humain a une manière unique de sentir et connaître. Une manière différente de la pensée, de l’analyse et du raisonnement. Votre corps identifie spontanément la totalité d’une situation, la totalité d’une relation, la totalité d’une expérience, ainsi que l’enchaînement agissant l’un sur l’autre des raccordements complexes qui va avec chacun d’eux. Votre corps saisit un grand groupe d’octets, alors que votre esprit doit systématiquement mâcher chaque morceau individuel. L’homme est favorisé d’avoir l’accès à la connaissance par deux cerveaux totalement différents. Le défi est de découvrir et mettre en application une manière simple et efficace d’enseigner à nos enfants comment se relier aux deux cerveaux : le psyché et le sarx.

Les Grecs antiques ont identifié au moins cinq différents genres de connaissance : le savoir scientifique, la sagesse, l’opinion, la foi, et une connaissance ésotérique qu’ils ont appelée la Gnose. Cependant parmi les cinq, seul le savoir scientifique s’est rapporté à la connaissance informationnelle dans l’esprit. Les quatre autres se sont orientées vers les manières spécifiques de savoir dans le corps. C’est le monde de sensation, intuition, créativité, inspiration, révélation. La sagesse vit de l’intérieur de l’expérience réelle de nos corps subtils, à la différence de l’information reçue de l’extérieur.

En ce moment, pendant que j’écris cet article, si je fais une pause, prends quelques minutes au calme et observe, je remarque quelque chose : Sensation à l’intérieur, je note une étanchéité au centre de ma poitrine, je lui apporte une certaine reconnaissance amicale, la laisse entièrement vivre sans résister. Je m’interroge : quelle est cette étanchéité ? J’attends, ah ! je vois, je suis impatient de savoir comment cet article sera reçu et je sens un désir de convaincre mes lecteurs que SATRANGA est un bon enseignement... Oui, maintenant je vois comment je suis concerné par toutes les objections que les lecteurs peuvent avoir pendant qu’ils lisent cet article :’’ c’est vraiment pas spirituel, il perpétue l’attachement de moi, c’est pas trop clair, c’est pas trop logique, pas vraiment thérapeutique’’. J’ai le sens implicite que je marque la façon dont les lecteurs pourraient réagir. Je prends quelques secondes pour être avec la réaction des lecteurs, laisser cristalliser un sens implicite, sentir l’endroit dans mon corps vivant la façon dont les lecteurs pourraient réagir.

Cette sensation, ce sens implicite ; j’attends et écoute ......oui, maintenant je vois. cet article n’est point pour prouver quelque chose, mais pour décrire cette pratique qui a été si utile pour moi, et de l’offrir aux autres. Les lecteurs vont savoir de leurs propres expériences ce qui est le sens implicite. Des personnes vont explorer plus loin, d’autres ne seront pas intéressés. Et c’est ainsi... . Pendant que je vérifie à l’intérieur encore, l’endroit serré dans ma poitrine s’est détendu, il est transformé dans une certaine énergie fraîche et chaude en relation avec l’écriture.

Les sentiments de tous les jours, les émotions et les sensations physiques représentent une étape importante pour accéder au monde subtil du sens implicite. Ce sens implicite introduit ses propres significations dans nos vies, une signification qui est sentie plutôt que pensée. TOUS LES SENTIMENTS, positifs ou négatifs, sont une partie importante de l’intelligence de notre corps, et ils nous conduisent aux significations plus profondes. Remarquer ces sentiments et émotions, représente une première étape dans un processus de l’étude à l’intérieur de nos corps.

Les sentiments et les émotions sont comme la sonnerie de téléphone. Le téléphone n’est pas fait uniquement pour faire un bruit, il sonne pour nous alerter qu’une information attende. Le téléphone de nos sentiments sonne aussi, mais au lieu de décrocher et recevoir le message, on l’ignore et parfois on débranche volontairement pour éviter de l’entendre. C’est ainsi qu’on se tourne vers d’autres divertissements comme faire du shopping, lire un magazine, regarder la télé, rêvasser, faire tout ce qu’on aime pour oublier cette sonnerie. On cherche un substitut pour fuir ce qui est perçu comme une menace, une crainte ou une blessure. Avec le temps ces habitudes de s’évader se renforcent.

La plupart des personnes ne se rendent pas compte des valeurs humaines, des qualités humaines de base : l’Essence. L’essence est un sens dans le corps ! L’essence se révèle dans cet autre corps subtil : le Sarx. Elle ne peut être découverte par les diverses interprétations religieuses et morales selon une liste définie de l’ensemble des actes bons ou mauvais. Elle nous est révélée par la capacité de notre corps subtil à se rendre compte de ses raccords et liens et l’invitation qui se situe dans leur enchaînement. Le corps Sarx connaît le sens implicite, et sait que chacun de nous, fait partie de quelque chose de plus grand.

Le processus de la vie précède toutes les idées et tous les objets. L’animal, y compris l’animal humain, est une interaction continue avec son environnement. Nous n’apparaissons pas de nulle part pour agir ensuite l’un sur l’autre et avec l’environnement. Non, nous étions et sommes toujours un processus en action. Une personne n’est pas une chose ou même une organisation mais un « champs de la vie ».

Ce « champs de la vie » s’exprime en cycles fonctionnels tels que manger-digérer-déféquer-manger et ainsi de suite, mais ce cycle peut se bloquer. Ainsi, si on est disposé à manger et nulle nourriture n’est disponible, il y a une sensation corporelle de faim qui implique un objet nourriture. Mais la faim et la nourriture sont des concepts et comme tous les concepts, elles sont des abstractions d’une expérience immédiate. Elles ne peuvent décrire avec justesse la texture fine des sensations réellement vécues. Sous la généralisation appelée la "faim" se trouve un savoir corporel complexe de cette situation exacte dans laquelle je suis maintenant, et seulement à partir de cette complexité spécifique et vivante je peux savoir quelle attitude adopter pour satisfaire ma faim dans mes circonstances actuelles. Préparer à manger ? Aller dans un restaurant ? Essayez une nouvelle cuisine ? Ou m’abstenir de la nourriture. Peut-être faire une promenade dans les bois ou voir un copain pourrait apaiser mieux ma faim.

En tant qu’êtres humains, notre expérience totale de la vie implique toujours davantage de croissance et de déploiement, et jusqu’à ce qu’elle se produise réellement, la forme de cette autre croissance ne peut être connue ; elle est seulement implicite (par conséquent philosophie de l’implicite). Quand elle survient, elle sera une réponse infiniment précise aux circonstances actuelles, elle sera unique dans son genre. Ainsi par exemple, quand je rencontre une personne pour la première fois, mon expérience est apparentée à d’autres rencontres précédentes, pourtant elle est complètement fraîche : cette manière d’éprouver m’est complètement différente.

Les discours, les conférences, les assemblées au sujet de l’union de la spiritualité et de l’action dans le monde sont monnaie courante dans nos jours. Nous sommes très intéressés de savoir si nous pourrions réellement accomplir une telle union dans le contexte de la vie contemporaine. L’approche de méditation, de contemplation et de réflexion SATRANGA peut illuminer et activer nos efforts d’associer la discipline spirituelle à l’action habile et juste dans le monde.