Un psychologue à Bergerac ?

Les synchronicités dans nos vies

Définition d’une synchronicité

Si nous cherchons dans le dictionnaire, ce terme n’existe pas. Vous y trouverez plutôt le mot « synchronisme » signifiant : état de ce qui est synchrone.

Le mot synchrone signifie : se dit des mouvements qui se font dans un même sens et se dit aussi de deux ou plusieurs personnes qui agissent ensemble. Le mot synchronicité vient donc du langage de la métaphysique. Les synchronicités sont des situations ou des événements qui répondent à la loi de l’attraction. Beaucoup de gens les qualifient de hasards. Si vous avez lu le livre "Le Secret", vous connaissez la loi d’attraction.

Cette loi met en contact des vibrations de même type. Tout ce que l’on porte en soi, tels que nos pensées, nos états d’âme, nos désirs, nos besoins, nos attitudes envers soi et les autres, nos peurs, nos émotions, nos blessures, nos talents, notre potentiel, etc., tout cela crée des vibrations (un peu comme des ondes d’énergie) qui irradient autour de nous. Ces irradiations baignent dans le champ d’énergie universelle et attirent, vers la personne qui les porte, des irradiations (situations, événements, personnes) de mêmes fréquences vibratoires. Ainsi, si vous émettez des vibrations de résonance « amour », vous attirerez des expériences heureuses qui vous refléteront votre état intérieur d’amour ; si vous émettez des vibrations de résonance « peur », vous attirerez des situations où vous vivrez de la peur ; si vous émettez des vibrations de résonance « manque », au lieu d’attirer l’abondance dans votre vie, vous attirerez le manque. Voilà des raisons valables pour développer la conscience de ce qui nous habite afin de cesser de projeter inconsciemment des vibrations de basse fréquence et d’attirer ainsi les situations ou les personnes qui portent ces vibrations négatives.

C’est ce qui se passe quand certaines personnes croient émettre des vibrations positives, alors qu’elles émettent le contraire. Elles disent ne pas comprendre pourquoi elles attirent des événements dont elles se seraient bien passées. Se peut-il que l’image qu’elles s’efforcent de projeter ne corresponde pas entièrement à ce qu’elles sont vraiment, soit parce qu’elles le cachent volontairement ou bien parce qu’elles en sont inconscientes ? Elles sont donc surprises de devoir transiger avec des « gueules de bois » alors qu’elles arborent un large sourire à longueur de journée. Ce sourire vient-il du cœur ou bien sert-il de masque pour bien paraître ?

Le phénomène du miroir

Les événements ou les situations que nous attirons dans nos vies sont des miroirs de ce qui se passe à l’intérieur de nous et de ce que nous émettons ou projetons. Les situations et les personnes qui nous dérangent dans nos vies relationnelles semblent traduire en comportements, une partie ombragée et inconsciente de nous-mêmes. Dans ces situations problématiques, ce que nous percevons chez les autres est en réalité le reflet de ce que nous pensons ou de ce que nous sommes, mais nous n’en sommes pas conscients. En psychothérapie, on appelle ce phénomène une projection.

Monique Tremblay dans son livre "L’adaptation humaine" définit la projection comme un mécanisme par lequel l’individu nie des pensées et des sentiments qu’il n’accepte pas en les attribuant à une autre personne. L’individu attribue aux autres des caractéristiques qu’il ne veut pas admettre pour lui-même ; il critique les autres au sujet de traits qu’il possède.

La part de nous-mêmes ombragée que nous projetons sur l’autre est un mécanisme de défense utilisé par un ego anxieux qui a peur de souffrir ou qui refuse de reconnaître sa partie ombre. Nous attribuons aux autres des défauts qui, en réalité, nous appartiennent. Nous ne sommes pas encore prêts ou capables de les reconnaître et de les accepter, alors, nous prétendons que les autres ont tort. Les mécanismes de défense sont très utiles dans nos processus d’adaptation quotidiens à condition qu’ils soient utilisés en toute conscience et de façon temporaire. Ils nous aident à tolérer les frustrations et à maintenir un équilibre dans les situations de stress. Néanmoins, ils deviennent nuisibles ou néfastes quand ils sont mal utilisés ou sur-utilisés. Le plus difficile est d’en devenir conscient, de les reconnaître et d’en prendre la responsabilité.
Quand c’est notre côté lumière qui est reflété, c’est peut-être plus facile de reconnaître que cette qualité nous appartient. Toutefois, il arrive que nous ne le reconnaissions pas, attribuant à l’autre des qualités qui, en fait, nous appartiennent aussi : celles-ci demandent simplement à être développées. Très souvent, la peur nous empêche d’exploiter ou de développer ces talents. Il suffit de reconnaître que nous possédons aussi cette force, d’admettre que nous avons peur de l’exprimer, de choisir de nous faire confiance et de l’extérioriser. Ainsi, peu à peu, nous développerons tout notre potentiel.

Le phénomène du miroir englobe aussi les situations, c’est-à-dire les événements qui se produisent ; il nous donne de l’information sur notre vécu intérieur. Quand une personne ou une expérience nous contrarie, prenons l’habitude de nous demander : « Qu’est-ce qui, à l’intérieur de moi, est commun avec ce qui se manifeste à l’extérieur ? »

Exemple que me rapportait une cliente : "J’ai un conjoint qui ne prend pas soin de moi malgré qu’il tienne à moi : il sait ce qui me ferait plaisir et il ne se donne pas la peine de me le démontrer. " Se peut-il que ce soit le reflet de son attitude envers elle-même ? Elle n’est pas capable de prendre soin de ses besoins et de les affirmer ; aussi, dans sa vie, elle a un conjoint qui ne se préoccupe pas d’elle et de son plaisir. Bien sûr, c’est à nous de nous occuper de nos besoins. Par ailleurs, dans une relation amoureuse, il est aussi normal que nous nous fassions plaisir l’un à l’autre. Néanmoins, il arrive souvent, « comme par hasard », que les autres soient peu attentifs à nous, si nous ne savons pas l’être envers nous-mêmes.

Donc, savoir décoder ce qui se reflète dans le miroir des événements et de nos relations est un précieux outil de connaissance de soi et d’évolution. Encore faut-il admettre que ces situations, événements ou personnes sont nos miroirs. Il est rarement facile d’accepter cela. Il n’est pas facile non plus de faire les liens qui nous permettraient de comprendre. Je dirais même que, très souvent, nous ne comprenons que bien plus tard, parfois des années après l’événement.

Si nous questionnons un peu ces miroirs que sont nos relations et les événements, nous pourrons y voir :
- Des qualités et des potentiels que nous ne pensons pas posséder ou que nous refusons de nous attribuer,
- des aspects de nous que nous avons peur de montrer ou que nous ne savons pas comment manifester,
- des besoins qui demandent à être entendus,
- des indices de notre nature véritable,
- des défauts que nous n’avons pas l’humilité de reconnaître,
- des croyances qui motivent nos comportements,
- des jugements sévères que nous portons sur nous-mêmes et qui briment notre liberté,
- des signes avant-coureurs d’une possible maladie si nous continuons à nier nos besoins,
- des peurs qui nous habitent et nous freinent,
- des révélations sur ce qui demande ou est prêt à être changé en nous,
- des éclairages sur ce qui nous touche et nous importe dans la vie,
- des ancrages de nos conditionnements passés,
- des informations précieuses sur les relations qui nous conviennent ou pas,
- etc.

Ce que l’on porte en soi apparaît donc comme les maillons d’une chaîne énergétique. Cette chaîne est à la recherche de sa vibration-sœur afin d’apporter des réponses et des compréhensions. L’Intelligence énergétique universelle, qui dirige ce grand ballet énergétique, fait arriver les synchronicités en faisant se rencontrer deux personnes, se produire une opportunité d’avancement, se développer une nouvelle relation, se connaître deux âmes-sœurs, se développer une maladie, arriver un accident, etc. Chacun des événements synchronisés que nous vivons sont là en réponse à notre demande, la plupart du temps inconsciente. Voilà pourquoi nous sommes parfois si surpris !

"Il est important de percevoir combien votre propre bonheur est lié à celui des autres,
il n’existe pas de bonheur individuel totalement indépendant d’autrui"
Dalaï-Lama.